Blog d'une Féministe

22 décembre 2017

Bienvenu sur mon Blog :)

 

le-pantalon-a-travers-les-ages-1080x512

 

            Le pantalon, vêtement qui aujourd'hui a une place de choix dans nos penderies, fut il y a pas moins d'une cinquantaine d'années, le symbole de libération pour de nombreuses femmes, où se mêle le politique, le social, et le religieux. Son appropriation féminine témoigne  d'une longue et pénible lutte qui perdure depuis toujours.  Comme vous l'aurez compris, cette semaine sera consacré à la dimension féministe du pantalon. En effet, nous verrons en quoi le pantalon fut un symbole d'émancipation pour la femme durant les Trente Glorieuses dans une société patriarcale essentiellement catholique. Même si les premiers pantalons féminins apparaissent en Perse en 539 avant J.C, l'acquisition de ce derniers par les femmes fut longue et difficile. 

 

 

            Le port du pantalon féminin se développe en Europe occidental, notament en France pour des raisons pratiques pendant la seconde guerre mondiale, dans les usines,  au sein de l'armée. En effet les années quarante font l'objet de nombreux conflits qui ont necessité une mobilisation totale de la population (y compris les femmes qui auparavant étaient exclu de toutes guerres). Elles occuppaient prinncipalement des postes dans des usines d'armements, elles ont tout d'abord commancé à racourcir leurs jupes et robes afin de faciliter leurs mouvements, par la suite une minorité de femmes ont adopté le pantalon dans le cadre de métier physique. 

HIERCHE5

 

En France, le pantalon apparaît au cours de la Révolution mais il est d'avantage perçu comme symbole de femmes révolutionnaires (en quelque sorte un "costume") qu'un vêtement de vie quotidienne à proprement parlé. Ces révolutionnaires qui pronnaient la libération de la femmes étaient vues comme lesbiennes ou de "mauvaise vie" par l'opinion populaire. Il était dit qu' "une femme honnête a les genoux sales", cela montre à quel point l'appropriation du pantalon par les femmes était réfutée par la société du XVIIIe siècle car une femme de "bonnes vertues"ce devait être soumise à une autorité masculine. 

Par ailleur c'est à cette époque qu'un décret au influence catholique interdit à quiconque de porter un vêtement du sexe opposé par peur de confusion des sexes, donc empêchant les femmes de porter librement le pantalon.  

En 1800, période de retour à l'ordre après les troubles de la Révolution, une loi a été crée, la loi du 18 Brumaire qui interdit aux femmes d'adopter le vêtement masculin. Toutefois, une autorisation de travestissement pouvait être donné  qu'a l'aide d'un certificat médical. Marie- Rose Astié de Valsayne, est la

Permission_de_travestissement_Rosa_Bonheur

première à avoir demandé l'abrogation de l'ordonnance de 1800 dans une lettre adressée aux députés en 1887. Mais il eu aussi Rosa Bonheur, comme vous pouvez le voir ci-contre. Je trouve ces femmes très courageuses, je ne sais pas si j'aurai eu l'audace de me présenter devant " le sexe dominant" pour qu'il me juge sous toute mes coutures.

 

 

Ils ont probablement été effrayés par notre potentiel... qu'ils ont signés un décret conventionnel de l'habillement qui disait : "Personne, surtout pas une femmes qui n'est personne, n'est libre de porter à sa convenance tel vêtement ou ajustement qui ne soit pas de son sexe" 

Cependant, cette interdiction a été partiellement levée par deux circulaires en 1892 et 1909 autorisant le port féminin du pantalon "si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d'un cheval".Mais, bien que plus du tout d'actualité, la loi était restée en vigueur. Le "si" montre bien que pour nous les femmes, il y aura encore et toujours des contraintes à notre égard. Même pour un problème qui concerne uniquement les femmes, ce seront encore les hommes qui tenteront de les régler.

 

 

                                                                                                                                                                                                                     

En 1954, le pantalon féminin est considéré comme un outrage au tribunal. Un magistrat à refusé le témoignage d'une femme portant un pantalon long. Jacques Chirac, lui aurait même fait savoir qu'elle dégradait la fonction ministérielle ainsi que l'image de la France. Chantal Leblanc s'impose, elle aussi dans cette tenue. 1980,est la date où les débutés femmes peuvent enfin venir en pantalon à l'Assemblée. Alice Saunier-Seité, ministre des universités, est la première à s'y risquer ce qui lui donne un look moderne mais lui vaut les remontrances du Premier Ministre. Ses femmes sont-elles considérées pour leur travail ou simplement perçues comme des choses à contempler. Je crois que pour travailler, qu'importe leur tenues, leur compétences seront les mêmes. Elles tiennent ses postes grâce leur détermination et leur travaille acharnés.

L'interdiction du port du pantalon pour les femmes fait partie de ces lois insolites encore appliquées dans le monde, et notamment en Afrique Subsaharienne. Une femme qui porte un pantalon peut recevoir publiquement quarante coups de fouet. Dans l'article 152 du code pénal de 1991 il est interdit sous peine de flagellation de commettre un acte qui viole la moralité publique ou porter des vêtements indécents. La journaliste Loubna Al-Hussein est l'une des premières à avoir brisé le silence en 2009 lorqu'elle a décidé, avec une dizaine d'autres femmes, de porter un pantalon en allant au restaurant où elles ont vite été arrêtées.Elles doivent chacune payer une amende ou recevoir dix coups de fouet. Mais en refusant les deux options, la journaliste est condamnée en septembre 2009 et doit purger un mois de prison. Pas besoin d'être intelligente pour voir la cruauté des faits.

 

 

405-1-32154881bd325891bbc37ccfc5fdfae4

 

31 Janvier 2012. Cette date est LA date, c'est l'aboliton de la loi interdisant en France le port du pantalon en femmes. " Les parisiennes ont bien le droit de porter un pantalon ou plus exactement de s'habiller " en homme ", vient de rappeler le ministère des Droits des Femmes. Eh oui, nous étions depuis bien longtemps dans l'illégalité...

 

 

            Le pantalon mit par des femmes eu des adhérents comme des protestants tout au long de notre ascension au droit qui nous est du.

Dans le politique comme dans le social le pantalon a été fortement discriminé.

Durant les années 1960, un restaurant New Yorkais avait refusé de servir une cliente d'Yves Saint Laurent parce qu'elle portait un pantalon. De même à la rédaction de "Elle magasine", il n'etait pas question de porter le pantalon, si ce dernier change d'avis en 1968, ce n'est pas a cause des barricades mais par la grâce d'YSL. En revanche une publicité de Renault avait montré une femme portant un pantalon ce qui avait mit en évidence la nouvelle place des femmes dans la société, accentué aussi avec l'acquisition du droit de vote des femmes en 1944.

Les écoles eux aussi ont été un lieu de forte contrainte vestimentaire ce qui était difficile à supporter pour les jeunes,par exemple, si une élève venait vêtue d'un pantalon même en ayant une blouse par dessus elle pouvait être consigné de 12h d'heure de colle. De plus quand une femme devait accomplir un travail rude, pour un rôle théâtrale masculin et pour les sports de plein air il fallait qu'elles portent des pantalons très bouffant, recouvert d'une jupe ou d'une tunique courte.

 

 

lacoste-fw-hiver-femme-homme-2013-2014-ad-Pub-04

                             

             

 

Il y a pas moins d'un demi siècle les femmes se battaient pour ce qu'elles voyaient comme une utopie : le port du pantalon. À travers tous ses événements nous pouvons mettre en évidence l'importance de la symbolique vestimentaire dans une société dictée par l’alliance de la religion, de la politique et de l'opinion publique (souvent influencé par ces deux derniers). Derrière le pantalon se cache un grand symbole d'émancipation des femmes qui leur à été longtemps interdit de le porter. Cette prohibition s'explique par la peur des hommes de ne plus pouvoir contrôler les femmes jugées comme leur inférieur. En effet à travers le port du pantalon, celles qui se sont battues pour nous offrir un meilleur monde revendiquaient l’égalité entres les sexes, ce qui dérangeaient tous les partisans du patriarcat. Malheureusement nous sommes encore aujourd'hui confrontées à se fléau, bien que se ne soit plus le même habille qui est remis en cause par les hommes. Comme vous l'aurez compris nous allons parlez la semaine prochaine de la jupe. Nous verrons les difficultés rencontrées par les femmes qui les portent et leurs inquiétudes. Au programme, la frontière très étroite entre la drague et harcèlement de rue, l’hypersexualisation des jeunes filles, et sans oublié un article consacré au hashtag « balance ton porc ». La jupe est-elle notre nouveau « pantalon » ?

Posté par LaFeministe à 17:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 février 2018

Les pionnières

 

Christine de Suède

Christine de Suède est née le 18 décembre 1626 à Stockholm et est morte à Rome en 1689. Elle est issue d'une famille royale, son père, Gustave II Adolpheest, roi de Suède et sa mère Marie-Éléonore de Brandebourg.

AVT_Christine-de-Suede_1244

Elle fut l'objet de prédiction céleste erroné, en effet, on attendait un hériter or est venu au monde une fille.  En 1632, son père décèda, il lui légua son trône, et devint reine de Suède.  

Son réel titre sera roi de Suède bien qu'elle soit une femme. Elle fut désignée « roi » par son père faute d'héritier mâle dans son testament, où il ordonna la destitution totale de son épouse.

Indépendamment de l'amour qui lui porte, il perçut en elle une certaine folie qui était un danger pour la vie de sa fille.

Élevée à la dure, comme un garçon, elle affecte une apparence négligée et s'astreint à gommer toute féminité dans la façon de s'habiller et dans son comportement, l'idée d'être soumise à un homme était totalement inacceptable  pour elle.

 

 

 

 

George Sand

  George Sand, de son vrai nom Amantine Aurore Lucile Dupin, baronne Dudevant est une romancière dramaturge, épistolière, critique littéraire française et journaliste née à Paris le 1er juillet 1804 et morte au château de Nohant-Vic le 8 juin 1876.

George Sand (2)

Auteur de renom qui fait polémique à cause de sa vie amoureuse mouvementé  et par ses tenues masculine qui fait écho à son pseudonyme adoptée dès 1829, elle sut en tirer avantage en publiant des oeuvre faisant scandale. Lélia ( 1833 première version, 1839 seconde version) en faisait partie.

En effet, cette fiction qui revendique le plaisir féminin parle de la frigidité de son héroïne. Trop futuriste pour les hommes et les femmes du XIXe siècles, son oeuvre fut la cible de critiques assassines et de remarques misogynes.

Amante d'Alferd de Musset, elle cumule fièrement travail et vie de femme puisque pour elle « une femme esclaves de l'argent d'un autre s'apparente à de la prostitution »  

 

Rosa Bonheur

rosa bonheurNée à Bordeaux le 18 mars 1822, Marie Rosalie Bonheur, depuis son jeune âge, c’est un garçon manqué. A l’âge de 14 ans, elle découvre son homosexualité et l’assume au grand jour aux cotés de ses compagnes successives. Elle fume en public et porte le pantalon. Ce vêtement, interdit aux femmes jusqu'au 31 janvier 2012, lui est exceptionnellement autorisé par la préfecture de police en raison de ses pérégrinations dans les abattoirs et marchés à animaux qu’elle doit entreprendre pour réaliser son tableau .

 

L’autorisation est renouvelable et la jeune femme ne se privera pas d’en profiter. Ce pantalon, c’est sa signature, le symbole de son indépendance d’esprit. C’est sans doute à cette pugnacité qu’elle doit son acceptation en tant que femme artiste. Ado, elle décide de quitter l’école pour accomplir son destin artistique.

Ce qui est sûr, c’est que Rosa Bonheur ne s’est jamais revendiquée féministe, ni même ne s’est exprimée en tant que femme. C’était toujours l’artiste qui parlait

 

 

Madeline Pelletier

 

madeleine

Madeleine Pelletier est l'une des rares femmes déléguées syndicales du début du siecle, mais particulierement âpres à defendre la cause des femmes. Feminisme et syndicalisme sont pour elle etroitement liés. 

La maniere dont elle s'habille reflète egalement ses idées. Elle a coupé ses cheveux comme un homme : « Je montrerai les miens [de seins] dès que les hommes commenceront à s'habiller avec une sorte de pantalon qui montre leur... » dit-elle.

Elle prone aussi la chasteté comme manière d'echapper a une sexualité où s'exprime la domination masculine.

Ces actions ont été perçues comme un attentat porté contre l'identité sexuelle.

Elle a dit: « Ce sont les porteurs de cheveux courts et de faux cols qui ont toutes les libertés, tous les pouvoirs, eh bien ! Je porte moi aussi des cheveux courts et des faux cols ».

Madeleine Pelletier ne s'habille pas totalement en homme et va jusqu'à devenir homme, comme le font quelques femmes, bien qu'elle y ait pensée parfois : « si j'avais des rentes, meme petites, je prendrais un état civil maculin et je ferais mon chemin, sois dans la science, soir dans la politique : c'est faisables »

Néanmoins, elle s'habille en homme autant que possible.

Inculpée pour avoir pratiqué des avortements, puis relaxée mais déclarée folle, Madeleine Pelletier est placée en asile psychiatrique, où sa santé physique et mentale se déteriore. Elle meurt en 1939.

Posté par LaFeministe à 19:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2018

Sources

Un grand merci aux sites et personnes qui m'ont aidé pour l'écriture et la création de ce blog et qui j'espère vous aura plus.

 

Sites Web :

- L'histoire de la mode.

- La femme et le pantalon, histoire d'une conquête.

- Pantalon, symbole feminisme.

- Chanel et Saint Laurent.

- Une permission de travestissement pour George Sand.

- Madeleine Pelletier.

- George Sand.

- Coco Chanel.

- Yves Saint Laurent.

- Rosa Bonheur.

- Christine de Suède.

 

Livres :

 - Christine Bard, Une histoire politique du pantalon, publiée en 2010.

- Lecture d'un extrait de la Femme en culotte de John Grand Carteret , publié en 1899.

- Catherine Ormen, Un siècle de mode, publiée en 2016.

- Le magasine Littéraire, avril 2016.

- James Laver, Histoire de la mode et du costume, publiée en 2003.

- Manuel d'histoire-géographie de première.

- Maguelonne Toussaint-Samat, Histoire technique et morale du vêtement, publiée en 1993.

- Joëlle Porcher, Vichy, mini, bikini : La mode au temps des 30 glorieuses, publiée en 2015.

- Christine Bard, Ce que soulève la jupe, publiée en 2010.

 

Musée :

- Musée Yves Saint Laurent Paris.

 

Posté par LaFeministe à 17:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2018

Frise Chronologique

Afin de mieux contextualiser mon blog et pour une meilleure compréhension, voici une frise faite par mes soins.

TPE4 001

Posté par LaFeministe à 21:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]